La montagne catalane était trop haute !

Malgré un courage et une détermination sans borne, le XV universitaire a subi la loi du leader catalan invaincu (40-9) et voit la finale de Provence s’éloigner un peu plus.

Les groupe Belascain est tout simplement admirable. Certes, les résultats se font attendre et ne sont pas au niveau des deux dernières saisons. Certes, les dimanches se suivent et se ressemblent presque. Mais lorsque l’on voit évoluer ce groupe décimé par les blessures (encore une lors de la dernière journée) et continuer de lutter jusqu’à la dernière minute pour continuer d’exister face à n’importe quel adversaire, on se dit que finalement le résultat importe peu. Que l’essentiel est vraiment ailleurs. Bon nombre d’équipes auraient déjà rendu les armes. L’AUCR, non ! Cet état d’esprit, personne ne l’enlèvera aux joueurs de Romain Jérôme. Malgré la difficulté, les Espoirs aucistes sont aller ferrailler avec ce qui se dessine être l’une des formations phares des prochaines phases finales du championnat de France. Ils ont su faire jeu égal jusqu’à la pause (20-9). Juste avant que la foudre ne s’abatte sur un XV universitaire en seconde période qui alignait 19 joueurs avant le coup d’envoi de cette 7ème journée. Pour retrouver son second souffle face à un adversaire de la taille de l’entente Salanque-Côte Radieuse, le handicap est déjà lourd avant même d’engager les débats sur le terrain :  » Il faut reconnaître que nous avons cette année un effectif plutôt léger et hétérogène. malgré ce constat, mes joueurs ont fait presque jeu égal sur 40 minutes avec le leader. C’était un adversaire beaucoup plus réaliste, discipliné et appliqué que nous sur ses phases de jeu. Cette équipe disposait en plus d’une profondeur de banc que nous n’avions pas. Devant ils ont été plus lourds. Sur toutes leurs touches dans nos 22 c’était à chaque fois une occasion d’essai. »
« Un dénouement plus favorable… »
A l’heure de jeu, Barry Goulding, aura été à l’image de son équipe. Valeureux jusqu’au bout, le jeune irlandais qui jouait là son 2ème match dans la catégorie, aura été stoppé net par les autobus catalans ! KO, il retrouvera ses esprits quelques instants plus tard avant d’être emmené à l’hôpital pour les examens nécessaires. Romain Jérôme et Francky Delaglière n’avaient certainement pas besoin de ce coup du sort avant leur déplacement en fin de semaine dans l’Hérault : « Aujourd’hui nous n’avons pas les moyens de rivaliser face des équipes comme celle-là ! Ceci étant, ce groupe laisse entrevoir de réels espoirs. Avec du travail et la possibilité d’évoluer un jour avec 22 joueurs compétitifs, le dénouement pourra être beaucoup plus favorable. Lorsque l’on voit les 15 dernières longues minutes que nous avons eu à vivre, l’équipe s’est accrochée jusqu’au bout en livrant une vraie bataille sans jamais tricher. C’est un véritable atout sur lequel nous allons continuer de construire pour la seconde phase du championnat; » Le score est lourd avec 5 essais encaissés (Palavas en a pris 48, Hyères 30…). Mais le prochain déplacement à Palavas, la semaine prochaine, laisse peut-être entrevoir une fin 2016 beaucoup plus heureuse. En tous les cas, ils le méritent !

La montagne était bleue et noire, dimanche !(photo André Verdet)