L’AUCR HORS ZONE

 

AUCR-Lunel-1 581
L’Aix UC revient dans la course

Après sa victoire bonifiée sur tapis vert contre Espira, le XV universitaire a enchaîné un quatrième succès contre Palavas (12-9), qui le sort de la zone de relégation pour la première fois de la saison.

« Que cette victoire nous fait du bien ! Qu’elle était importante pour la suite…  » ont lâché en cœur les dirigeants aucistes avant quelques lampées généreuses bien méritées. Comment pouvait-il en être autrement de toute façon, après la décision prise par la FFR d’attribuer les points de la victoire sur tapis vert à l’AUC après les débordements subis à Baixa ? Une bonne nouvelle, de toute évidence, n’arrive jamais seule. Sous un froid presque polaire, les homme de Graulier ont su être patients et ordonner pour dominer une formation de Palavas ambitieuse parfois dans le jeu mais qui n’a guère eu l’occasion de mener au bout ses intentions face au bloc défensif provençal dominateur sur le premier rideau et dans les regroupements. Bien regroupé autour de sa mêlée, le XV universitaires ne s’est pas épuisé à faire vivre coûte que coûte son rugby sur les ailes. Bien en place sur ces fondamentaux, Aix, mené pourtant à la pause (9-3), a construit ce succès salvateur, à la fois grâce à la botte de Marque mais aussi et surtout grâce à la naissance d’une maturité collective nouvelle.
La situation reste encore fragile au classement d’autant que l’AUCR ira croiser le fer successivement face aux deux coleaders de la poule, l’ES Catalane et Berre dans quinze jours. Si les quatre prétendants aux phases finales semblent être tout désignés en revanche, cinq petits points séparent Thuir (5ème) de Espira (10ème). Autant dire ce championnat s’annonce très agité jusqu’à la dernière journée au cours de laquelle, Aix recevra Jacou pour ce qui pourrait ressembler de plus en plus à une finale (avant la lettre ?). En attendant, le XV universitaire, cette semaine peut prendre la pause. Il a retrouvé une bonne dose de sérénité et d’espoir légitime avant de tenter de franchir les deux principaux « cols » de la poule… Mais février est connu pour être un mois où l’air de la montagne se fait plus présent… C’est de saison !

Benjamin RIBEIRO