« L’équipe a besoin de passer un cap… »

Les cinq dernières minutes ont été fatales à un XV universitaire qui tenait son premier succès face à l’un des top 4 du championnat.
C’est encore passé à côté ! Il y a des scénarios que l’on aimerait oublier et vite passer à autre chose. Car les hommes du tandem Ollivier-Marque peuvent s’en mordre les doigts d’être passés si près d’une première victoire sur le COB. C’est sûr, cette rencontre n’a pas été simple. L’arbitre, M Pasquale, n’a pas aidé non plus à ce qu’elle le devienne mais les faits sont là. La sanction est tombée. Aix a échoué pour la cinquième fois d’affilée aux pieds des poteaux berrois (15-20). La faute à un essai de pénalité concédé dans les toutes dernières minutes de la rencontre alors que l’AUCR menait de deux petites longueurs (15-13 76′). Clément Ferrier et ses partenaires ont bien cru tenir leur match référence à domicile. Mais l’ouvreur aixois se voulait lucide à la fin de ces 80 minutes : « Il nous manque encore cette dose de maturité qui fait la différence avec les quatre premiers. Nous avons connu des moments de flottements et d’inattention qui nous ont coûté chers face à une formation comme Berre. L’équipe a besoin de passer un cap pour espérer mieux sinon on risque de s’enterrer dans le ventre mou du classement. Il faut arrêter de se dire que l’on a les capacités ou que nous ne sommes pas loin des meilleurs. Face aux quatre premiers nous avons empoché 2 points seulement. C’est bien trop peu pour croire à un meilleur sort au classement que la 5ème ou 6ème place. Encore une fois, nous sortons de cette rencontre déçus et très frustrés. »
« On est à notre place… »
Après les points (bêtement) perdus contre Cavaillon et le réveil tardif face au leader, La Valette, l’AUCR a donc subi la loi d’un autre vieux routard de la Fédérale 3. L’expérience berroise a parlé. Peu mais elle l’a fait. La différence s’est faite sur des détails comme à chaque grand rendez-vous que s’offre l’AUCR : « Nous avons, à nouveau, laissé passer notre chance face à un adversaire valeureux et bien organisé, a reconnu Etienne Durepois. Il nous manque un peu de calme et surtout de discipline dans certains moments clefs. On est à notre place ! Il ne va pas falloir se tromper d’objectifs pour la suite. Certes, nous ne sommes pas loin de la tête mais du bas aussi. Nous avons gagné contre les équipes derrière nous sans jamais être souverains. Il faut vraiment aller chercher le maintien le plus vite possible avant toute chose. Le bilan reste positif, il ne faut pas oublier que c’est une saison de transition avec une nouvelle équipe dirigeante, un nouveau staff et de nouveaux joueurs. Sur le plan comptable cela reste positif par rapport à l’année dernière puisque à cette période nous étions derniers de poule. Pensons au maintien d’abord. On regardera plus haut plus tard. » Il faudra donc repasser le 17 janvier du côté de Martigues (4ème) pour confirmer ou non cette envie d’aller voir plus haut et plus loin dans ce championnat. Et surtout si l’AUCR a pris un peu plus d’expérience après ces quatre premiers de championnat qui a incontestablement donné envie d’en savoir vraiment plus sur le potentiel de cette équipe. En attend c’est la trêve !
17
Veraerghe et sa bande ont franchi deux fois la ligne berroise. Insuffisant ! (photo André Verdet)