32éme de finale excellence B.

Qui a dit que le terrain ne faisait pas parti du match, avec un temps plus proche du mois de Novembre que du mois de Mai, pour poursuivre sa route en championnat de France ?
Le match démarra fort avec l’AUC qui monopolisa le ballon pendant 25 minutes autour d’une 3e ligne très active et des trois quarts incisifs.

Les bonnes intentions de nos vaillants gladiateurs échouèrent par deux fois devant les poteaux (2 pénalités), puis le ballon passa enfin entre les perches, mais St Marcel parvint à remettre la main sur le ballon pour l’étouffer jusqu’à l’heure des citrons.

A la reprise rien ne changea à part la stratégie des Isérois, qui avaient choisi de jouer sur le pack, dominant ainsi le début de la seconde mi-temps ; malgré plusieurs coups de boutoir, ils ne réussirent pas à franchir la ligne car nos hommes avaient sorti les barbelés, mais à 56 minutes les Isérois passèrent tout de même une pénalité. Compteur à zéro, on repart au charbon (70e minute) mais sur une mêlée proche de la ligne et après un pressing de dix minutes, St Marcel franchis la ligne (10 à 03). Malgré la hargne de nos trois quart pour remonter au score rien ne passa. La dernière salve était pour St Marcel qui, par un ballons porté, enfonça le clou à la 79ème minute : 17 à 03 et le rideau se baissa.

«D’entrée, on a manqué de rythme mais quand on l’a retrouvé, on a eu 2 ou 3 occasions franches qu’on n’a pas su concrétiser. On perd sur des détails et le terrain n’était pas en notre faveur pour notre jeu qui est rapide. Mais St Marcel ne l’a pas volé ; on ne l’aurait pas volé non plus. Maintenant, c’est la fin de l’aventure», analysaient les entraîneurs Guerreo et Peeters après coup.

Merci à Gravot, Senges, Sarribeyioglou, Fourmer, Kaderzabeck,Boudars Travers, Fitter, carrat, Bouscarle, Perrin, Lahzami, Mandine, Masse, Garino, Canals, Latuse,Combet, Dufourg, Dreyer, Serr.